jump to navigation

Why people don’t like bass solo… and bad Startup pitch November 12, 2011

Posted by Phil Jeudy in Music, startup.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

I had the chance to support a great young entrepreneur coming from France this week in Silicon Valley who has this charisma when it comes to be on stage: when he talks, you listen. He knows what he has to say, and he knows how to say it. His name is Ismael Nzouetom, he’s the CEO and co-founder of I-Dispo.

This pic is from a Tech event in Paris…

I just found this very interesting video today, just listen…

To be on stage for a startup pitch or a music concert, that’s is the same thing (almost): “Base your solo on the grove”… you must keep people’s attention. A startup is a hard job, involving a Team, many hours, days, months, personal commitment… Think when you give the pitch about to reflect all this and do the show! I saw Ismael doing the show at Founder Showcase, a Tech event is San Francisco, keep on going man!

When you start to pitch, don’t forget to grove. Audience feels it too! Like when you grove with your Team when you work. People wants to dance, like investors when they listen to you. Make them come dancing with your and their $. Or just blame yourself.

I learned a lot about those stuffs with another star from Cameroon, my bro Francis Jocky, when we did record his 3rd album “Sanctified” in Paris, and each time I saw him performing in concert. Music and startup, same fight! Get up, stand up guys!

Top#5 iPad Application today on iTunes is recruiting: MyPad April 18, 2011

Posted by Phil Jeudy in Jobs, startup.
Tags: , , , ,
1 comment so far

Cole Ratias, proud Founder of Loytr, company developing MyPad, an application to use Facebook on your iPad, is recruiting some engineers in Bay Area (well 1 or 2). If you’re interested let me know and I will forward him your Linkedin profile.

VP Sales and Marketing, North America for a French startup March 12, 2011

Posted by Phil Jeudy in Jobs, Silicon Valley.
Tags: , , , ,
add a comment

Mobiles Republic is an innovative company providing a mobile widget engine solution, mXplora™, that transforms the mobile phone into a true mobile media platform. By bringing together an advertising-based eco-system and a mobile-dedicated publishing strategy, mXplora™ delivers a unique mobile media experience on even low and mid-tier phones. Founded in 2008 and based in Bordeaux, France, Mobiles Republic is already supported by major publishers, brands and manufacturers and is a winner of the 2008 Sony Ericsson Content Awards. I know Gilles Raymond, company CEO, for a while now. I wish the best for this company to find the right guy to support them in the US, not an easy thing to do… and Gilles knows!

Picture of Gilles Raymond with French Minister while CEO of In-Fusio

Photo credit: Stephane de Luca

Maybe it’s you?!

Primary responsibility : North American Strategy, Management and P&L Contributor Based on strong online marketing experience and management expertise in the wireless industry in general and specifically within the area of mobile media and advertising:

  • Directly contributing to Mobiles’Republic corporate strategy
  • Involved in all key decisions, you are participating in the company’s financial projections, budget follow up, project financial models, Board presentations, etc.
  • Taking responsibility and actions to guarantee respect of budget guidelines
  • Recruitment and management of North American staff, set-up of US office

Still interested. Go there.

Geektrip, un exemple… January 3, 2011

Posted by Phil Jeudy in startup.
Tags: ,
add a comment

Voici un des premiers emails que j’ai recus cette annee :

Comment vas tu ? (…) On n’a pas eu l’occasion de parler longuement au web malheureusement. De mon coté les choses ont beaucoup évoluées. Je lance ma startup finalement mais en quittant Xxx (et en ayant négocié qu’ils me financent la spin-off à hauteur de xxk€ sans prendre d’equity) et en intégrant un incubateur sur … (en France). Je ne m’installe pas à SF, car (…) cela aurait représenté trop de frais, et je maîtrise mieux mon environnement en France. Tout ce que tu m’as dit concernant les risques d’être chez Xxx s’est avéré vrai, et c’est en grande partie grâce à la rencontre avec “Paul” et le message qu’il a donné à mon boss qui était là que j’ai pu négocier ma sortie payé. Je te suis redevable, merci encore pour tous tes conseils.”

Un meeting, selectionne avec soin, avec une personne directement connectee au business,  noye autour d’une semaine de RDV organises par une organisation a San Francisco, a permis a mon contact de gagner beaucoup de temps. A lui et a son organisation.
C’est parfois dur d’etre oblige d’etre direct, et d’une certaine facon de “casser le reve”. Je prends cet exemple non pas uniquement pour faire ma pub, mais pour bien insister sur la valeur d’un conseil (telle que je la percois) dans un approche aussi “explosive” que celle de venir s’installer dans la Silicon Valley : on n’est pas la pour la parade, on est la pour rendre compte. Et conseiller utilement. Ca vaut bien mieux qu’un ratage dans une mise en place a San Francisco, croyez bien que j’en ai deja ete temoin en 3 annees passees ici.

De l’entrepreneuriat en France… November 26, 2010

Posted by Phil Jeudy in My business, Paris, startup.
Tags: , ,
3 comments

J’ai assiste la semaine derniere, lors d’un dejeuner a une conference a San Francisco, a  une demonstration d’un entrepreneur Francais base dans la Silicon Valley expliquant a son auditoire essentiellement Americain pourquoi c’etait impossible de nos jours de creer une societe en France. Ou quelque chose comme ca.

Cliches en tous genre. Ce genre d’attitude n’est que trop habituel d’un certain nombre de personnes dans la Valley qui par pedantisme voire par ignorance neglige ce qui se passe sur le terrain. Je veux dire de l’autre cote de l’Ocean, en France. Souvent la ou tout commence d’ailleurs. Pour un entrepreneur Francais (etonnant, non ?!).

D’accord, monter une startup dans la Silicon Valley, c’est cool, c’est hype. Et ca peut rapporter gros, un jackpot unique, avec le marche US dans le viseur. Et c’est une experience incroyable, et je ne me lasse pas d’evangeliser, de developper, d’observer, au service d’un entrepreneuriat en tout genre tente par l’aventure ou pret a en decoudre en Californie.

Mais de grace ne crachons pas dans la soupe. Je ne me lasse pas de dire a mes clients : garder votre R&D en France, utiliser les leviers disponibles aupres de la Coface, d’Oseo, des Regions, bref tout ce qui peut etre disponible en terme de subventions.

Ensuite, le capital risque. Il y a BEAUCOUP d’argent disponible en France. Il est la. Le early stage doit beaucoup a nos incroyables milliardaires entrepreneurs (Marc Simoncini, Xavier Niel et j’en passe). Et ils sont nombreux a etre prets a investir, il faut savoir les chercher car pas toujours aux differents pince-fesses technos de la scene branchee.

Petite chronique de la France qui travaille et qui leve de l’argent sur Locita.

Udemy, academy for you August 9, 2010

Posted by Phil Jeudy in Silicon Valley, startup.
Tags: , ,
add a comment

e-learning, another big trend! This is about Udemy, a website that enables anyone to teach and learn online. Udemy tries to democratize online education by making it fast, easy and free to create online courses. Udemy is an open platform, so anyone can build an online course by posting videos, presentations, writing blog posts, or hosting live virtual classroom sessions.

Udemy Live is Udemy’s live virtual conferencing and classroom tool. It is entirely web-based and built on component architecture. Each component was built separately, and there is an internal API so third party developers can build components on top of Udemy’s virtual conferencing tool. The API is not currently public.

Ok, I should continue to investigate, I need this kind of tools!

Peerindex at Alwayson Summit July 29, 2010

Posted by Phil Jeudy in Geek, startup.
Tags: , , ,
add a comment

PeerIndex is a web technology company that is algorithmically mapping out the social web. The way we see it, the social web now allows everyone endless possibilities in discovering new information on people, places, and subjects.

Another tool to do some self social evaluation.

Company based in London.

The 8th AlwaysOn & STVP Summit at Stanford is a two-and-a-half-day executive gathering that highlights the significant economic, political and commercial trends affecting the global technology industries. The AlwaysOn & STVP Summit at Stanford features the most innovative companies, eminent technologists, influential investors and journalists in keynote presentations, panel debates and private company CEO showcases. The AlwaysOn & STVP Summit at Stanford’s goal is to identify the most promising entrepreneurial opportunities and investments in the global tech industry.

Pixetell at AlwaysOn Summit July 29, 2010

Posted by Phil Jeudy in Geek.
Tags: ,
add a comment

Pixetell is on-demand screen recorder software that enables you to quickly add voice, screen recordings and webcam views to email and electronic documents. Pixetell is unique as an all-in-one product that supports both visual communication and collaboration.

The 8th AlwaysOn & STVP Summit at Stanford is a two-and-a-half-day executive gathering that highlights the significant economic, political and commercial trends affecting the global technology industries. The AlwaysOn & STVP Summit at Stanford features the most innovative companies, eminent technologists, influential investors and journalists in keynote presentations, panel debates and private company CEO showcases. The AlwaysOn & STVP Summit at Stanford’s goal is to identify the most promising entrepreneurial opportunities and investments in the global tech industry.

Dessine moi un destin… April 10, 2010

Posted by Phil Jeudy in Uncategorized.
Tags: ,
add a comment

Bon, je ne sais pas ce que Saint-Exupery pourrait dire de tous ces jeunes Francais de la France moderne…

C’esrt quoi ton destin a toi ?

(FR) Attention aux mirages de la Silicon Valley ! May 5, 2009

Posted by Phil Jeudy in Business.
Tags: , ,
add a comment

facebook visit

Nous sommes bien placés pour parler de la grande mode actuelle d’attirer les startups pour plonger dans le grand bain de la Silicon Valley, avec la création d’Altaide Valley qui a fêté ses 1 ans récemment pendant le Web2.0 Expo à San Francisco lors d’une magnifique soirée à Vessel pour la Soirée French 2.0.

Il est important de bien se rappeler quelques principes de base, afin d’aborder toute démarche d’approche ou bien de lancement avec toutes les armes… et ne pas être une société de plus à être venue voir… sans grande réussite (pour ne pas dire pire…).

A la manière des vidéos du succès de nos amis PPC et Henri Kaufman, voici quelques petites astuces pour ne pas perdre son temps (et encore moins gâcher son argent ce qui est pire…)… les 7 tips pour bien démarrer dans la Silicon Valley !

1. Sommes nous (bien) prêt ?
Aborder le marché Américain, c’est franchir 10 marches d’un seul coup ! Tout d’abord par le potentiel que ce marché représente mais surtout par les différences culturelles et les différences en terme de pratique de business. Pour faire court, savoir parler couramment anglais et s’être fait une place en France, voire en Europe ne garantit pas de savoir comment pousser son produit aux US. Alors ne pas hésiter à modestement venir une première fois incognito (ou presque) et prévoir encore 1 ou 2 voyages pour être sûr d’avoir bien compris les pré-requis.

2. Mais pourquoi la Silicon Valley au fait ?

C’est l’endroit parfait pour toute société qui souhaite lancer une activité aux Etats-Unis dans la domaine du software, du mobile, du high-tech d’une façon générale. Il y a une concentration de médias avec un effet mutltiplicateurs, une armée de Geeks pour tester toutes les nouveautés avec un coeur gros comme ça, et de très bons spécialistes qui vont savoir faire décoller le produit, et pas uniquement sur la Côte Ouest. On y trouve toutes les grosses sociétés dans le domaine, ce qui permet d’envisager parfois les deals les plus fous pour ceux qui ont le courage de tenter l’aventure, et une mutlitude de startups qui vont vous faire gagner du temps en mettant en place des deals rapides, efficaces et malins. Enfin, c’est l’endroit où il y y le plus d’investisseurs (VCs et Business Angles), et de loin.

3. Combien ça coute ?
Un plan d’expansion aux Etats-Unis, cela ne s’improvise pas. Cela peut même faire l’objet d’une partie importante dans le cadre d’une levée de fonds. Un chiffre ? On pourrait dire $1 Mio/an… mais c’est juste pour dire qu’il y a de nombreuses lignes de dépenses à considerer… et surtout du temps… Il faut bien une année pour se considérer prêt à lancer, il est difficile de se consacrer 100% à ses nouvelles activités US, au risque de négliger ce qui marche déjà en Europe.

4. Sommes nous bien entourés ?
Le marché des introducteurs de la Silicon Valley sont nombreux, et de façon assez amusante particulièrement dans la communauté Française. Il faut dire qu’elle est particulièrment nombreuse (entre 70.000 à 100.00 ressortissants dans la Baie de San Francisco) ! Mais la réussite d’une implantation tient plus à la couleur locale que l’on va donner à son réseau d’experts. Quelques soient les années passées par un expatrié, il restera toujours un écart naturel qui rendra un expert marketing, un as de la communication, ou un Commercial (surtout un vendeur) local beaucoup plus pertinent qu’un consultant qui assure pouvoir gérer toutes les casquettes. La parade, c’est bien se renseigner sur le réseau d’un partenaire potentiel et non pas uniquement son pedigree, et croiser les informations… Cela évitera bien des surprises, comme cela pu déjà arriver.

5. C’est quoi la différence avec la France ?

Pour ceux qui ne connaissent pas déjà les Etats-Unis, tout est différent… et encore c’est la Californie, qui sont par nature assez ouverts et accueillants. Ici, tout est différent que ce soit au niveau des codes de comportements (nettement moins “castes” et plus networking), des codes de business (être ponctuel, souriant en toute circonstances, et bien protégés juridiquement). Tout est différents, et d’un point de vue revue de contrats, tout est à revoir pour s’assurer d’éviter de mauvaises surprises. Les deals prennent autant de temps à se mettre en place, mais ils se déclenchent plus vite, et ils sont dix fois plus nombreux !

6. Le facteur “Intégration” : be open!

J’ai rencontré récemment un entrepreneur Français qui souhaite s’installer à San Francisco pour son entreprise. Il a fait un premier tour, et “n’a souhaité dans un premier temps ne rencontrer que des Français pour se faire un bon avis sur l’intégration”. Grosse erreur. Venir s’installer ici, c’est compliqué et par moment vivre ici, c’est difficile… Pour des raisons business, parce que l’on ne vous attend pas ici, et quoi que ce soit votre avis sur le coté formidable de votre produit ou application, on va vous mener la vie dure ! Pour des raisons personnelles, si par exemple vous venez accompagnés, et pire encore si vous avez des enfants… Il faut pouvoir gérer son business et les à-cotés, et pour sa famille ce n’est pas évident… De s’adapter, de trouver un travail… Surtout, si on ne vient pas vivre ici pour se fondre dans cette fantastique communauté, accepter les différences avec les locaux, et s’intégrer… La communauté Française ne sera pas toujours là pour résoudre tous vos problèmes… That’s really part of the deal!

7. Ai-je pensé à tout ?
Avant toute démarche, il convient de prendre connaissance des modalités pour travailler aux Etats-Unis, et le visa “Entrepreneur” (E2) n’est pas l’unique solution… sachant qu’il faut (on se répète) tenir compte de tous les aspects personnels (on n’imagine pas qu’un jour on soit forcé de se marier avant de venir s’installer ici…). Naturellement il faut également se projeter à moyen terme (penser aux options de sortie en cas de vente de sa société) et de ce que l’on souhaite faire après… et si jamais les affaires se passent mal… Les statistiques malheureusement nous rappellent que tous les projets ne décollent pas ici, et nombreux sont les faux départs… et ça arrive tous les jours… Venir avec sa famillle pour préparer le départ, bien se renseigner sur les couvertures en termes d’assurances et de soins médicaux, les écoles pour les enfants… Il y a des gens spécialisés dans ce type de démarche, car mieux vaut ne rien oublier….

%d bloggers like this: