jump to navigation

(FR) Attention aux mirages de la Silicon Valley ! May 5, 2009

Posted by Phil Jeudy in Business.
Tags: , ,
trackback

facebook visit

Nous sommes bien placés pour parler de la grande mode actuelle d’attirer les startups pour plonger dans le grand bain de la Silicon Valley, avec la création d’Altaide Valley qui a fêté ses 1 ans récemment pendant le Web2.0 Expo à San Francisco lors d’une magnifique soirée à Vessel pour la Soirée French 2.0.

Il est important de bien se rappeler quelques principes de base, afin d’aborder toute démarche d’approche ou bien de lancement avec toutes les armes… et ne pas être une société de plus à être venue voir… sans grande réussite (pour ne pas dire pire…).

A la manière des vidéos du succès de nos amis PPC et Henri Kaufman, voici quelques petites astuces pour ne pas perdre son temps (et encore moins gâcher son argent ce qui est pire…)… les 7 tips pour bien démarrer dans la Silicon Valley !

1. Sommes nous (bien) prêt ?
Aborder le marché Américain, c’est franchir 10 marches d’un seul coup ! Tout d’abord par le potentiel que ce marché représente mais surtout par les différences culturelles et les différences en terme de pratique de business. Pour faire court, savoir parler couramment anglais et s’être fait une place en France, voire en Europe ne garantit pas de savoir comment pousser son produit aux US. Alors ne pas hésiter à modestement venir une première fois incognito (ou presque) et prévoir encore 1 ou 2 voyages pour être sûr d’avoir bien compris les pré-requis.

2. Mais pourquoi la Silicon Valley au fait ?

C’est l’endroit parfait pour toute société qui souhaite lancer une activité aux Etats-Unis dans la domaine du software, du mobile, du high-tech d’une façon générale. Il y a une concentration de médias avec un effet mutltiplicateurs, une armée de Geeks pour tester toutes les nouveautés avec un coeur gros comme ça, et de très bons spécialistes qui vont savoir faire décoller le produit, et pas uniquement sur la Côte Ouest. On y trouve toutes les grosses sociétés dans le domaine, ce qui permet d’envisager parfois les deals les plus fous pour ceux qui ont le courage de tenter l’aventure, et une mutlitude de startups qui vont vous faire gagner du temps en mettant en place des deals rapides, efficaces et malins. Enfin, c’est l’endroit où il y y le plus d’investisseurs (VCs et Business Angles), et de loin.

3. Combien ça coute ?
Un plan d’expansion aux Etats-Unis, cela ne s’improvise pas. Cela peut même faire l’objet d’une partie importante dans le cadre d’une levée de fonds. Un chiffre ? On pourrait dire $1 Mio/an… mais c’est juste pour dire qu’il y a de nombreuses lignes de dépenses à considerer… et surtout du temps… Il faut bien une année pour se considérer prêt à lancer, il est difficile de se consacrer 100% à ses nouvelles activités US, au risque de négliger ce qui marche déjà en Europe.

4. Sommes nous bien entourés ?
Le marché des introducteurs de la Silicon Valley sont nombreux, et de façon assez amusante particulièrement dans la communauté Française. Il faut dire qu’elle est particulièrment nombreuse (entre 70.000 à 100.00 ressortissants dans la Baie de San Francisco) ! Mais la réussite d’une implantation tient plus à la couleur locale que l’on va donner à son réseau d’experts. Quelques soient les années passées par un expatrié, il restera toujours un écart naturel qui rendra un expert marketing, un as de la communication, ou un Commercial (surtout un vendeur) local beaucoup plus pertinent qu’un consultant qui assure pouvoir gérer toutes les casquettes. La parade, c’est bien se renseigner sur le réseau d’un partenaire potentiel et non pas uniquement son pedigree, et croiser les informations… Cela évitera bien des surprises, comme cela pu déjà arriver.

5. C’est quoi la différence avec la France ?

Pour ceux qui ne connaissent pas déjà les Etats-Unis, tout est différent… et encore c’est la Californie, qui sont par nature assez ouverts et accueillants. Ici, tout est différent que ce soit au niveau des codes de comportements (nettement moins “castes” et plus networking), des codes de business (être ponctuel, souriant en toute circonstances, et bien protégés juridiquement). Tout est différents, et d’un point de vue revue de contrats, tout est à revoir pour s’assurer d’éviter de mauvaises surprises. Les deals prennent autant de temps à se mettre en place, mais ils se déclenchent plus vite, et ils sont dix fois plus nombreux !

6. Le facteur “Intégration” : be open!

J’ai rencontré récemment un entrepreneur Français qui souhaite s’installer à San Francisco pour son entreprise. Il a fait un premier tour, et “n’a souhaité dans un premier temps ne rencontrer que des Français pour se faire un bon avis sur l’intégration”. Grosse erreur. Venir s’installer ici, c’est compliqué et par moment vivre ici, c’est difficile… Pour des raisons business, parce que l’on ne vous attend pas ici, et quoi que ce soit votre avis sur le coté formidable de votre produit ou application, on va vous mener la vie dure ! Pour des raisons personnelles, si par exemple vous venez accompagnés, et pire encore si vous avez des enfants… Il faut pouvoir gérer son business et les à-cotés, et pour sa famille ce n’est pas évident… De s’adapter, de trouver un travail… Surtout, si on ne vient pas vivre ici pour se fondre dans cette fantastique communauté, accepter les différences avec les locaux, et s’intégrer… La communauté Française ne sera pas toujours là pour résoudre tous vos problèmes… That’s really part of the deal!

7. Ai-je pensé à tout ?
Avant toute démarche, il convient de prendre connaissance des modalités pour travailler aux Etats-Unis, et le visa “Entrepreneur” (E2) n’est pas l’unique solution… sachant qu’il faut (on se répète) tenir compte de tous les aspects personnels (on n’imagine pas qu’un jour on soit forcé de se marier avant de venir s’installer ici…). Naturellement il faut également se projeter à moyen terme (penser aux options de sortie en cas de vente de sa société) et de ce que l’on souhaite faire après… et si jamais les affaires se passent mal… Les statistiques malheureusement nous rappellent que tous les projets ne décollent pas ici, et nombreux sont les faux départs… et ça arrive tous les jours… Venir avec sa famillle pour préparer le départ, bien se renseigner sur les couvertures en termes d’assurances et de soins médicaux, les écoles pour les enfants… Il y a des gens spécialisés dans ce type de démarche, car mieux vaut ne rien oublier….

Comments»

No comments yet — be the first.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: